Communiqués de presse

Opération anti-délinquance sur les axes stratégiques du département

 
 
Opération anti-délinquance sur les axes stratégiques du département

      

La lutte contre la délinquance et en particulier contre les trafics de stupéfiants est une priorité gouvernementale. Après l’opération menée dans les quartiers des Planchettes et de la Cité Verte aux côtés des policiers, le 10 septembre dernier, Mme le Préfet de la Meuse a assisté à une opération de contrôle en présence des gendarmes, le mardi 22 septembre.

Ce jour, 26 gendarmes étaient engagés dans une vaste opération départementale anti-délinquance à Haudainville, à Stenay et à Vaucouleurs. Une équipe cynophile renforçait ce dispositif. Au total, 72 personnes ont été contrôlées.

Des contrôles sont régulièrement menés sur les axes routiers particulièrement empruntés par les délinquants, en des endroits stratégiques du département. Ce mardi 22 septembre, c’est notamment au péage de l’autoroute A4 à Haudainville que se sont concentrées les forces de gendarmerie, avec pour objectif principal la recherche de produits stupéfiants.

Département frontalier avec la Belgique et situé entre les métropoles de Metz et de Nancy et la plaque parisienne, la Meuse est un territoire par lequel transitent des produits stupéfiants. C’est pourquoi le contrôle sur les axes de communications de tous types est un des modes d’action privilégiés par le groupement de gendarmerie, en complément de l’action judiciaire visant à démanteler les trafics locaux, action qui s’est renforcée en 2020.

Ainsi depuis le début de l’année, ce sont 7 trafics de stupéfiants qui ont été démantelés contre 4 l’an passé sur la même période, mettant en cause 10 trafiquants. 35 revendeurs ont également été mis en cause depuis le début de l’année.

Depuis le 1er septembre 2020, les forces de l’ordre peuvent constater l’infraction d’usage de stupéfiants, par une amende forfaitaire. Cette amende forfaitaire délictuelle (AFD) présente l’avantage de simplifier le travail de l’officier de police judiciaire qui grâce au procès-verbal électronique, peut verbaliser immédiatement, sans retour à l’unité et sans passage par les tribunaux.

La lutte contre les stupéfiants passe également par le dépistage des conducteurs. Pour la seule zone gendarmerie, 226 infractions de conduites sous stupéfiants ont été relevées depuis le début d’année, soit une hausse de 10 % par rapport à 2019.

La multiplication des contrôles devraient permettre, à terme, d’influencer les comportements et aider à la maîtrise des usages illicites de stupéfiants par la sanction du consommateur.