Communiqués de presse

Progression de la sécheresse en Meuse, le bassin « Moselle aval » passe le seuil de la crise

 
 
Progression de la sécheresse en Meuse, le bassin « Moselle aval » passe le seuil de la crise

     

L’Observatoire Sécheresse s’est réuni le 18 septembre 2020, pour la 5éme fois depuis le début de cette année, sous la présidence de Mme Pascale TRIMBACH, Préfet de la Meuse. La sécheresse sévit toujours, ce qui avait alors justifié le maintien du département en situation d'alerte renforcée, d'autant que certains secteurs frôlaient déjà une situation de crise.

Depuis la dernière réunion de l’Observatoire Sécheresse du 18 août dernier, la sécheresse a progressé. L’absence de précipitations et les fortes chaleurs des derniers jours ont conduit à une dégradation accélérée de la situation hydrologique.

Sur le plan météorologique, le mois d’août a connu seulement 18 % de la pluviométrie qui peut être normalement attendue. Les fortes chaleurs ont aggravé la baisse générale des débits de tous les cours d’eau. Concernant les eaux souterraines, la tendance reste à la baisse avec la poursuite de la vidange des nappes. Toutefois, le niveau moyen mensuel reste proche de la moyenne sur une grande partie du territoire.

Les débits des rivières sont particulièrement bas, nettement inférieurs aux débits moyens d’un mois de septembre.

Les sols, quant à eux sont toujours très secs jouxtant avec les records secs de 1976.

Dans ce contexte, les usages prioritaires (eau potable, lutte contre l’incendie et abreuvement du bétail) sont maintenus mais de nouvelles restrictions significatives s’imposent. La dégradation étant plus forte sur le bassin hydrographique « Moselle Aval », il a été décidé de passer au stade de restriction le plus fort (niveau 4) jusqu’au 5 octobre.

Les autres unités hydrographiques du département restent en alerte renforcée (niveau 3) jusqu’au 2 novembre.

  • Mesures de restriction de l’usage de l’eau

Pour la consommation des particuliers et des collectivités :

1 sec

Pour les usages agricoles, industriels et commerciaux :

2 sec

Ces mesures telles que l’interdiction d’arrosage, de lavage des véhicules et de remplissage des piscines, etc. ont pour objectif de garantir l’alimentation en eau potable des populations et de préserver le débit des cours d’eau. La préfète rappelle que ces mesures de restriction nécessitent également la vigilance et le civisme de chaque usager. Il convient que l'attention de tous soit portée sur la rareté de l’eau et que les consommateurs s’engagent dans des démarches d’économie. A ce titre, plusieurs communes subissent de plein fouet cette sécheresse et sont ravitaillées en eau potable par citernage depuis plusieurs semaines.

Au vu de la dégradation progressive des niveaux d'eau, il n'est pas à exclure que d’autres bassins hydrographiques du département puissent passer le seuil de crise dans les semaines à venir.

Les informations relatives aux mesures de restrictions, l’arrêté préfectoral, ainsi que la carte et la liste des communes par unité hydrographique sont disponibles sur le site internet des services de l’État à l’adresse suivante : http://www.meuse.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Eau/Secheresse-en-Meuse et dans les mairies et sur le site PROPULVIA : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp

Ces restrictions s’appliquent sur tout le département quelle que soit la provenance de l’eau, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement ou de puits personnels.

Ces dispositions sont applicables à compter de la signature des arrêtés et jusqu’au 16 novembre 2020, sauf évolution de la situation météorologique et hydrologique conduisant à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises.

Les contrevenants s’exposent à des amendes (1 500 euros, 3 000 euros pour les récidivistes).La préfecture et l’ensemble des services de l’État sont mobilisés pour observer l’évolution de la situation et anticiper les risques de crise.