Communiqués de presse

Signature de deux conventions pour renforcer la lutte contre les violences intrafamiliales et conjugales

 
 
Dépôt de plainte à l'hôpital pour renforcer la lutte contre les violences conjugales

   

Aujourd’hui encore, trop de femmes sont tuées par leurs conjoints ou ex-conjoints. En France, une femme meurt tous les deux jours et demi, sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint. En 2019, en France, les forces de sécurité ont enregistré un peu plus de 142 000 victimes de violences commises par leur partenaire (soit une hausse de 16 % en un an), dont près de 126 000 femmes.

En Meuse, les forces de police et de gendarmerie ont recensé 397 victimes de violences intrafamiliales, de janvier à octobre 2020, contre 310 sur la même période en 2019, soit une hausse de 28 %. Plus de 75 % de ces victimes sont des femmes.

Aussi, les forces de sécurité ont enregistré 273 victimes de violences conjugales, de janvier à octobre 2020, contre 213 à la même période en 2019.

Cette hausse conforte un possible effet du Grenelle des violences conjugales qui s’est déroulé du 3 septembre au 25 novembre 2019, lequel a pu inciter les victimes à davantage déposer plainte et favoriser une meilleure prise en charge par les services de sécurité compétents. La généralisation du dépôt de plainte à l’hôpital pour les victimes de violences conjugales est une mesure phare de ce dernier.

En cette Journée Internationale de lutte contre les violences conjugales, deux conventions de partenariat pour la prise de plainte au sein des établissements de santé meusiens ont été co-signées, par la Préfète de la Meuse, les Procureurs des Tribunaux Judiciaires de Bar-le-Duc et de Verdun, la Délégation Territoriale de l’Agence Régionale de Santé, le Groupement Hospitalier de Territoire, le centre hospitalier de Commercy, le Groupement de Gendarmerie, la Direction départementale de la sécurité publique et l’association d’accompagnement des femmes victimes le Centre d’Information des Droits des Femmes et des Familles France Victimes (CIDFF-FV 55) :

– une convention territoriale Santé- Sécurité-Justice couvrant l’ensemble du département. Elle a pour objectif la coordination des acteurs. Elle prévoit un renforcement du partenariat institutionnel et de la coopération entre les établissements de santé et les services de l’État compétents sur le territoire en matière de prévention de la violence, de traitement de la délinquance et de coordination des réponses en cas de crise (services de police et de gendarmerie, services judiciaires).

– une convention opérationnelle pour le Sud Meusien. Elle porte sur l’accueil, la prise en charge et l’orientation des victimes de violences au sein des Centres Hospitaliers de Bar-le-Duc et de Commercy. Ce dispositif permettra la prise de plainte par les forces de l’ordre directement au sein du centre hospitalier, dans un espace dédié respectueux de la confidentialité.

L’association Centre d’Information des Droits des Femmes et des Familles France Victimes Meuse accompagnera pour sa part les victimes de violences conjugales prises en charge dans les établissements de santé du territoire et se trouvant dans l’incapacité de se déplacer pour déposer plainte en commissariat ou en gendarmerie.