Actualités

Renforcement des mesures de régulation des sangliers en Meuse

 
 
Renforcement des mesures de régulation des sangliers en Meuse

Dès cet été, la préfète de la Meuse a été amenée à mettre en place un plan d’actions visant à réduire sensiblement les populations de sangliers. En effet, différents éléments de contexte en particulier un printemps doux ont favorisé une nette progression des populations de sangliers. Cette prolifération s’accompagne d’une augmentation des dégâts occasionnés aux cultures devenant difficilement supportables pour la profession agricole et compromet également le renouvellement naturel de la forêt. Un premier bilan dressé en Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage (CDCFS) des mesures prises pour diminuer les populations de sangliers montre que les chasseurs ont produit un effort certain. Toutefois, des mesures complémentaires s’imposent pour réguler suffisamment l’espèce encore surabondante sur une partie du territoire meusien.

Un plan d’actions mis en œuvre dès cet été

  • une attribution initiale du plan de chasse élevée en juin, marquant une prise de conscience sur la situation inquiétante
  • l’ouverture anticipée de la chasse en battue au sanglier à partir du 15 août,
  • la mobilisation des lieutenants de louveterie pour prévenir les dégâts sur les secteurs sensibles,
  • des actions administratives sur les sites des Fours à chaux de Dugny et Sorcy qui servent de zones refuges aux sangliers,
  • des modalités de prélèvements contraintes sur les territoires « sensibles aux sangliers » en particulier une obligation à prélever une certaine proportion de laies adultes.

Ce plan d’actions complète les actions réglementaires de prévention et d’intervention constituées par la protection des cultures par l’installation de clôtures et l’indemnisation des dégâts causés aux cultures et prairies gérés par la Fédération des chasseurs.

La Fédération des chasseurs a mobilisé les chasseurs pour qu’ils réalisent les prélèvements nécessaires, en particulier dans les zones les plus sensibles aux dégâts. Le bilan établi au14 décembre, en témoigne avec une nette progression dans la réalisation des plans de chasse avec une augmentation de plus de 36 % des animaux prélevés par rapport à la même époque en 2016. Cette amélioration se conjugue avec de meilleures remontées de leurs résultats par les détenteurs de plan de chasse (83% de réponse actuellement contre 57 % à la même époque en 2016). Toutefois, il apparaît que les mesures doivent être encore renforcées pour réguler suffisamment l’espèce et résoudre l’ensemble des problèmes identifiés.

Réunion de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage pour adapter le plan d’actions au regard des résultats

La commission départementale de la chasse et de la faune sauvage s’est réunie en séance plénière le 14 décembre 2017 sous la présidence de Madame Muriel NGUYEN, préfète de la Meuse, avec pour ordre du jour le plan de chasse sangliers et la régulation de l’espèce.

Face au constat d’une forte recrudescence des dégâts causés aux cultures et aux prairies, par les sangliers, la profession agricole, soutenue par les élus, a demandé que le plan de régulation mis en place soit renforcé. Les dégradations affectent principalement les secteurs de Commercy, Euville, Gondrecourt, l’Argonne, Montiers, Verdun.

Sur la base du bilan établi des mesures prises et des actions de chasse réalisées au 14 décembre, la commission départementale de la chasse et de la faune a adopté le principe d’une augmentation ciblée de la pression de la chasse selon les territoires.

Renforcement des mesures pour réguler les populations de sangliers

Il importe que tous les chasseurs prennent en considération la situation et se mobilisent pour éviter une augmentation des populations de sangliers et consécutivement une recrudescence des dégâts l’année prochaine. Les mesures venant renforcer le dispositif consistent donc à :

  • augmenter les prélèvements :

- les attributions complémentaires sont accordées systématiquement et sans délai, à tous les détenteurs de plan de chasse qui en font la demande ;

- les détenteurs de plan de chasse intervenant sur les massifs sensibles se voient notifier des attributions supplémentaires à hauteur de 25 % des attributions initiales ;

- sur les massifs nécessitant une vigilance renforcée, il est procédé à une réattribution circonstanciée ;

- une autorisation pour tous les détenteurs de plan de chasse de prélever des sangliers de moins de 25 kg sans limitation de plan de chasse, compte tenu des observations de terrain relatives aux populations de jeunes animaux. Tout détenteur pourra sur demande et constat obtenir des bracelets dits de remplacement sans limitation ;

- rappel de l’interdiction de consignes restrictives de tir via la Fédération des chasseurs ;

  • suspendre l’agrainage dans les trois massifs répertoriés en points noirs jusqu’au 28 février 2018.

Une prochaine CDCFS se réunira le 17 janvier matin afin d’évaluer l’efficacité des mesures arrêtées et de prendre au besoin des mesures correctives supplémentaires à entreprendre.